Grippe aviaire- fin vide sanitaire

référence GRIPPE AVIAIRE HIVER 2017

France : Grippe aviaire - fin du vide sanitaire dans les élevages de canards
Publié le 30/05/2017

 

Le 17 avril, un vide sanitaire «obligatoire» de six semaines avait été mis en place dans 1.134 communes du Sud-ouest pour tenter de juguler définitivement l'épizootie de grippe aviaire H5N8 apparue fin novembre et particulièrement virulente. Ce vide sanitaire avait complété l'abattage préventif des palmipèdes mis en place début janvier. Au total, plus de 4 millions d'animaux ont été euthanasiés, essentiellement dans Les Landes et le Gers, premiers départements producteurs. 7,5 millions d’autres n’ont pas été mis sur le marché. Une facture qui s'élève à près de 350 millions d’euros.

 

Grippe aviaire: une crise qui récidive

Grippe aviaire en France: 36 0000 canards des Landes abattus en deux semaines

Capture gripe aviaire 1

Dans le sud-ouest de la France, la quasi-totalité des canards des Landes seront abattus d'ici au 7 mars. C'est la seule façon de mettre un terme à l'épizootie de grippe aviaire « Influenza H5N8» qui sévit depuis maintenant 2 mois dans ce département, le plus touché.
Pour l'instant, l'abattage systématique des canards n'a pas été décrété dans les départements voisins des Landes.

Il s’agit de la deuxième mesure de ce type pour de nombreux éleveurs, qui ont dû faire face à deux épidémies successives de grippe aviaire : le virus H5N1 en 2015-2016 puis le virus H5N8 en 2016-2017, ce dernier étant beaucoup plus virulent.

 

Grippe aviaire en France: début du vide sanitaire dans 5 départements, 1 134 communes du Sud-Ouest

Capture grippe aviaire 2

Plus aucun palmipède dans les élevages de plus d’un millier de communes du Sud-Ouest de la France: un vide sanitaire « obligatoire » débute ce lundi dans 5 départements pour tenter de juguler définitivement l’épizootie de grippe aviaire, avant une révision totale des pratiques de la filière.

Cette mesure vient compléter l’abattage préventif des oies et des canards mis en place début janvier dans le but d’endiguer l’épidémie H5N8 apparue fin novembre et déjà responsable de pertes financières évaluées à 250 millions d’euros. Plus de 4 millions de palmipèdes ont ainsi été euthanasiés, essentiellement dans Les Landes et le Gers, premiers départements producteurs.

Les élevages seront vidés et les bâtiments « nettoyés et désinfectés » avant de pouvoir reprendre l'élevage à partir du 29 mai prochain. Afin de mettre un terme aux épidémies qui se succèdent depuis 2015, la profession avicole a décidé d'améliorer les modes de production et de transport.

« Le renforcement de la biosécurité, c’est positif. On ne peut pas se permettre de subir une autre crise », relève un producteur, qui indique ne pas avoir connu en trente ans d’épidémie aussi agressive. «  Mais des virus, il y en aura toujours. Aujourd’hui, le problème principal, c’est le transport, la concentration et les déplacements d’animaux », abonde-t-il.

Pour suivre l’actualité de cette gestion de crise, consulter le site officiel

http://agriculture.gouv.fr/influenza-aviaire-strategie-de-gestion-dune-crise-sanitaire