Malette radioactive dérobbée dans le gard

Gard: Une mallette radioactive dérobée sur un chantier

FAITS DIVERS [ Gard, Fourques - Une mallette contenant deux sources radioactives dérobée à Fourques Publié le 15/04/2017]
La préfecture met en garde la population envers un appareil de mesure qui a été volé, vendredi, et qui contient des sources radioactives… En cas d’ouverture de la valise « de couleur jaune », sur laquelle est apposé « un trèfle noir » , symbole de radioactivité, « le risque principal est l’exposition à des rayonnements radioactifs pour des personnes qui seraient à proximité immédiate », prévient la préfecture. Elle recommande « de ne pas essayer d’ouvrir la mallette, de ne pas toucher l’appareil et (d’en) rester à distance de plus de trois mètres et de prévenir immédiatement la gendarmerie ».
Les services de gendarmerie : 04 66 38 57 20 ou 21. »

Le CNCMFE rappelle les principes de la radioprotection : mesures de protection

TEMPS / ECRAN / DISTANCE

TEMPS d’exposition : la dose des rayonnements reçus est proportionnelle au temps d’exposition(comme rayon du soleil)

DISTANCE d’exposition : la quantité des rayonnements reçus est inversement proportionnelle à la distance de la source : 1/D2

(Intensité du rayonnement est 100 fois plus petite à 10 mètres, 9 fois plus petite à 3 mètres, 4 fois plus petite à 2 mètres)

ECRAN de protection (bouclier) : la quantité de rayonnements reçus est d’autant plus faible qu’on se protège par des écrans qui freinent ou stoppent les rayons(mur en béton, plaque de plomb, etc)

Capture schéma rad

 

Le CNCMFE NRBC-E au salon MILIPOL 2015

Pour le première fois, le Centre National Civil et Militaire NRBC-E est présent au salon MILIPOL 2015 sur l'espace du Ministère de l'Interieur (Stand Allée L Hall 5).

Cette action d'information et de communication nous permet de mieux faire connaitre notre structure et ses missions à tous les services, partenaires et industriels concernés par les enjeux de l'environnement des risques et menaces de nature NRBC-E.

Depuis 2012, le CNCMFE a déjà accueilli plus de 1500 stagiaires lors de l'animation de ses quatre formations interministérielles et plus de 5200 agents ont également pu participer aux entrainements interministériels organisés conjointement avec les états major des zones de défense et de sécurité au sein de nos centres d'entrainement zonaux.

La préparation de l'EURO 2016 est maintenant au coeur de nos préoccupations ainsi que la prévention des menaces de terrorisme susceptibles d'employer des agents Radiologiques, biologiques ou chimiques.

Le développement d'actions de coopérations internationales basées sur la formation et le conseil technique est également une de nos priorités compte tenu de la sensibilité du sujet NRBC-e et de l'importance de partager nos connaissances respectives sur une thématique qui peut devenir à tout moment très diffuse et transfrontalière.

Enfin, pour conserver un haut niveau de performance de notre dispositif de préparation des ressources humaines et matérielles, le CNCMFE s'inscrit aussi dans une démarche prospective permanente sur les champs de l'innovation technologique et sur la recherche de l'optimisation du management des situations des crises de nature NRBC-e.

Al-Qaïda prévoit des attentats en Europe selon le journal allemand Bild

CEST | Mis à jour: 19/08/2013 13h57 CEST - Le HuffPost/AFP

Al-Qaïda prévoit des attentats en Europe selon le journal allemand Bild

INTERNATIONAL -Le réseau extrémiste Al-Qaïda projette des attentats sur des trains à grande vitesse dans toute l'Europe, affirme lundi 19 août le quotidien allemand Bild, citant des sources proches des services secrets. Selon le journal populaire, ces attentats pourraient prendre la forme d'actes de sabotage sur les voies, dans les tunnels, ainsi que des bombes dans les trains mêmes.
D'après Bild, l'information sur ces projets d'attentats provient de l'Agence nationale de la sécurité américaine (NSA), qui a capté une conversation téléphonique il y a quelques semaines entre de hauts responsables d'Al Qaida.
Pour cette raison, les autorités allemandes surveillent depuis plus de deux semaines les lignes empruntées par les trains allemands à grande vitesse ICE ainsi que les gares, à l'aide d'une série de mesures supplémentaires discrètes, telles des rondes de policiers en civil, écrit Bild, journal le plus lu d'Allemagne.

Fukushima : de l'eau radioactive se déverse dans l'océan depuis mai 2011

fukushimaFukushima : de l'eau radioactive se déverse dans l'océan depuis mai 2011

300 tonnes d'eau radioactive se serait déversée chaque jour depuis mai 2011 dans l'océan Pacifique suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima. L'opérateur Tepco, qui niait ce désastre depuis le début, vient d'admettre ces faits particulièrement graves.

L'opérateur Tepco, en charge de la gestion de la centrale de Fukushima, multiplie les mensonges et les incompétences.
Tepco a reconnu pour la première fois que les eaux souterraines contaminées notamment par du Cesium, se déversent dans l'océan Pacifique, et ce... depuis mai 2011. Situation qu'il a toujours niée par le passé. L'opérateur est complètement débordé par la situation et ne réussit pas à maîtriser les fuites.
Le gouvernement japonais a décidé de s'impliquer pour limiter les dégâts, déjà irréversibles. Désormais, l'Autorité de Régulation Nucléaire japonaise (NRA) ne veut plus laisser travailler Tepco seule pour s'occuper des travaux dans la centrale de Fukushima.
Qualifiée de situation d'urgence par la NRA, les fuites radioactives ont été estimées entre 20 000 et 40 000 milliards de becquerels depuis plus de 2 ans. Les pêcheurs avaient depuis longtemps constaté ces fuites, avec des prises de poissons contaminés, plus de 2500 fois au-delà du seuil de radioactivité autorisé.
La centrale de Fukushima est bien loin d'être sécurisée et demeure sous le risque d'un nouveau séisme. Le démantèlement de la centrale pourrait prendre une quarantaine d'années et coûter des milliards de dollars. La décontamination totale du site, quant à elle, sera léguée aux générations futures...

 

Les rebelles syriens annoncent la prise d'un site nucléaire

Les rebelles syriens annoncent la prise d'un site nucléaire

Les rebelles syriens se sont emparés d'un site soupçonné d'abriter un réacteur nucléaire bombardé il y a six ans par l'aviation israélienne, ont annoncé dimanche des sources au sein de l'opposition. Le site, situé à 60 kilomètres à l'ouest de la ville de Daïr az Zour, dans l'est de la Syrie, a braqué l'attention de la communauté internationale quand Israël l'a détruit en 2007.
Selon les Etats-Unis, le complexe abritait un réacteur nucléaire de conception nord-coréenne mis au point pour fabriquer du plutonium de qualité militaire.
La Syrie, qui a rasé le site après le raid, a déclaré pour sa part que le complexe abritait une installation militaire classique, tout en refusant d'accorder un libre accès l'Agence internationale de l'énergie atomique. «Il semble que le site a été transformé en base de lancement de Scud. Tout ce qui le structure a été enterré», a déclaré Omar Abou Laila, porte-parole du commandement oriental de l'Armée syrienne